La ville à la campagne

Les promesses de "J'aime Chaponost" ont été bien tenues au point de désarmer les membres de l'opposition qui, le temps faisant son oeuvre, n'ont plus guère de grain à moudre pour critiquer l'équipe en place.

Quelques soubresauts sur l'ouverture de la médiathèque le dimanche et la traditionnelle opposition de principe aux aménagements de la place, et à la vidéosurveillance n'ont pas réussi à  motiver les 5 élus de 2014 pour tenir jusqu'en 2020 !

3 "nouvelles" têtes sont venues remplacer des démissionnaires pour raisons diverses. Retour de F.Pillard (ainsi qu'à la CCVG), de  M.J Vuillermet-Cortot et intronisation de Mr Courriol. Le départ de l'ex maire P.Ménard étant pour moi le plus surprenant. Son horizon politique semble bien bouché.

Le seul coin qu'ils auraient pu enfoncer est lié à l'urbanisme et aux TC. Mais pour celà, il aurait fallu faire un méa culpa de leur action au pouvoir et renier ce qu'ils avaient promu.

Coupables :

  • d'un projet médiathèque prioritaire coûteux mal ficelé (chauffage et pas de panneaux solaires) et mal implanté, défigurant l'identité du village,
  • D'un parking en surface alors qu'on en a remblayé inutilement le sous-sol 
  • D'une implantation des Veloutiers et de la rue des justes incohérentes avec l'idée d'un centre bourg apaisé et le passage de 10000 véhicules/jour avenue Foch
  • D'absence de promotion du contournement sud prioritaire cohérent avec cette vision !
  • Et à défaut d'anticipation du problème du passage-à-niveau de la gare suite à la mise en marche du tram-train Brignais/ST-Paul notamment pour le trafic des bus censés remplacer des voitures !
  • De l'introduction du SYTRAL dans les TC contrairement à l'avis de la CCVG souhaitant conserver les transports du département, sur lesquels la commune n'a plus qu'un pouvoir limité pour un coût supérieur et un service minimum ayant valu la démission de l'écologiste J.C.Kohlhass!
  • d'une fièvre constructive de bâtiments hétérogènes pour faire plus que le nombre sur le PLH et tenter d'éviter des pénalités qui n'en sont pas vraiment puisqu'elles doivent servir les constructions ultérieures à caractère social (merci à la mutualisation grâce à la CCVG).

 Un héritage lourd à assumer par la nouvelle équipe !

Et l' Urbanisme !

Vue aérienne du morceau de contournement servant comme alternative au passage-à-niveau

Une des rares choses qu'on puisse reprocher à la municipalité actuelle : le manque de vision urbanistique cohérente à long terme !

Pour respecter l'esprit du SCOT et du PADD et préparer l'avenir pour nos héritiers, les infrastructures sont à décider avec un plan directeur de plusieurs décennies.


C'est pourquoi j'avais proposé à J'aime Chaponost une solution d’attente au contournement sud du village inéluctable au moins comme alternative au passage-à-niveau de la gare, grâce à un passage sous la voie ferrée au droit du rond-point de Bernicot ne nécessitant que 350m de voie nouvelle pour rejoindre la route des Collonges jusqu'à la déchèterie, et un pont-rail simple préfabriqué. Suite à l'annulation (ou report), elle redevient d'actualité. On a simplement perdu plusieurs années Cour brisé(voir mon post de 2014).

Ca éviterait un circuit en site propre coûteux et absurde pour le SYTRAL (1km) Ha ha qui viendrait refaire la queue au rond-point de la route du Caillou ou audit passage-à-niveau toujours encombré ! Celui-ci ne solutionnerait (en partie) que la desserte de la gare par la quarantaine de bus 11 et 12 journaliers polluants (seulement à la descente !) Triste lesquels viendraient couper la route des Collonges/troques à la droite du rond-point de la route du caillou !


Des travaux pour rejoindre la route du dôme après le passage à niveau ne résolvent pas la traversée de la voie ferrée et la queue qui en résulteSauvage. Une intégration éventuelle au trafic sur le rond-point de Bernicot serait bien plus logique et naturelle compte tenu de sa taille permettant de matérialiser 2 voies et d’aménager une petite voie d’engagement sur Brignais (jusqu’à la station de gaz)Aime bien.

 

La métropole et la région finiront par imposer ce contournement pour se raccorder à l'anneau des sciences et on finira par payer d'une manière ou d'une autreSauvage. Autant devancer l’appel ! Il n'y a pas Sourired'autre tracé possible moins coûteux puisqu'il passe dans des zones non constructibles évitant des expropriations et que l’ouvrage d’art proposé est le moins cher et le moins impactant possible !

 

Quitte à faire déménager ADG à cause des risques technologiques, la zone industrielle sera inévitablement un noeud multimodal pour accéder à la Métropole lyonnaise via ledit anneau par le sud-ouest.Sourire


C'est un aménagement indispensable pour les (2000 déjà aujourd'hui) Chaponois actifs impactés qui y passent journellement et pour les habitants de la CCVL qui transitent par la gare. Ca justifie que celle-ci participe à son financement au même titre que la CCVG, le Sytral, le département, la région et la métropole dans le cadre d’un aménagement du territoire cohérent. Inutile d'attendre la fusion des EPCI ou s'en servir de prétexte pour ne rien faire !Malade

N'en déplaise aux écologistes, c'est une condition importante pour le développement de l'Ouest lyonnais inscrit dans le SCOT et le PADD. Il faut seulement en limiter l'empreinte.

Le contournement permettrait aussi de détourner les camions en transit du centre du village par l’avenue Devienne.Cour

 

L'idée de rétablir la ligne ferroviaire directe entre Givors et Paray le Monial comme alternative de secours à celle de Paris Lyon n'est pas abandonnée. Le simple rétablissement du tronçon Givors /Brignais nécessiterait sans doute un passage à 2 voies (qu’on aurait pu anticiper au niveau des travaux en 2015En colère) pour permettre une fréquence adaptée, ce qui aurait des conséquences sur la queue au passage à niveau sans existence de l'alternative proposée.Oh là
 là !


Celle-ci doit être donc vue non seulement comme remplacement du passage-à-niveau (pour le financement majoritaire), mais comme le premier tronçon d'un contournement ultérieur (potentiel) en instaurant un rond-point d'attente (à l'image et à la taille de celui-ci de Bernicot) justifiant la participation des collectivités territoriales régionales.Cour

 

Le financement d'un tel projet serait majoritairement à la charge de RFF/SNCF. (cf. article dédié)Aime bien

 

Le contournement complet pourrait faire l'objet d'un emprunt à long terme pour ne pas mettre en péril les finances locales et l'acquisition des terrains pourrait faire l'objet de baux emphytéotiques sur une longue durée pour un rachat hors de la pression liée à la construction immobilière (à l'image des Hospices civils).

Tracé à définir au plus court en fonction de la topographie des lieux et en concertation avec les exploitants agricoles. Prévoir des ronds-points de desserte comme ralentisseurs naturels et moyens d'accès aux Chaponois plutôt que des ponts coûteux et disgracieux dans le paysage.

 

Dans cette perspective, l'intérêt d'un pôle jeunesse et sport côté nouveau gymnase intégrant une MJC nouvelle et un éventuel établissement d'enseignement secondaire (public ou privé général ou technologique) se conçoit pour son accès direct via le contournement, la mutualisation des parkings, la minimisation des déplacements des jeunes et la desserte obligée par les transports en communs, lesquels sont toujours inadaptés aux besoins et à la topographie de la commune.Cour brisé

 

Son attraction de ville à la campagne implique une minimisation des nuisances, et des services à la population adaptés, lui conférant une meilleure autonomie. C'est trop tard pour les commerces compte tenu de l'offre des zones de chalandise de Taffignon, Oullins et St Genis 2. C'est possible pour quelques commerces spécialisés et un établissement d'enseignement secondaire venant compléter l'offre nécessaire à l'accroissement de la population (20% d'ici 2020) sur l'ouest lyonnais.

Il n'existe aucun établissement autre que Chabrières à Oullins, où les moyens d'accès par TC ne sont pas optimaux. SauvageUn tel établissement générerait des emplois directs et induits pour répondre aux exigences du PLH et relativiser la part des séniors dans la commune.Grand sourire

Il vaudrait mieux des bureaux de tertiaire et des commerces spécialisés générateurs d'emploi au centre du village qu'une MJC apportant des nuisances (sonores) malgré la proximité du collège.

D'où ma proposition de construction à Bellevue et d'une liaison directe via le parc du Boulard pour rejoindre la gare (à l'image d'un métro aérien automatique), laquelle pourrait se prolonger ultérieurement jusqu'au site des aqueducs du plat de l'air. Ce serait une alternative de sécurité en cas d'intempéries sévères ou d'obstruction de la route de la gare indépendante du trafic routier! On n'a pas tiré les enseignements des 2 gros épisodes neigeux qui ont paralysé les communications !Triste

 

L'aménagement du territoire ne nécessite pas de solutionner les problèmes urbanistiques à court terme, mais d'avoir une vision cohérente à l'échelle d'au moins un demi-siècle en tenant compte des principaux invariants.En colère On ne livrera pas du matériel encombrant par hélicoptère et les déplacements individuels resteront indispensables en sus des transports en commun. Le multimodal est à ses débuts. Les véhicules deviendront moins polluants (électriques). Il faudra donc des routes, des parcs de stationnement volumineux et sécurisés, des écoles et des établissements publics dont l'implantation doit être anticipée en fonction des constructions souhaitées pour l'habitat ou les bureaux !Incertain

Faire l'inverse est un non-sens Ha hadont on peut juger des méfaits dans notre village et dans tous ceux dont la topographie ne permet pas de faire n'importe quoi ! L’héritage historique ne peut être simultanément un patrimoine à conserver et un obstacle à des voiries laissant passer des bus au gabarit (unique) du SYTRAL ! La largeur des voies existantes anciennes n’autorise pas  le passage. Ceci doit inciter à promouvoir un transport local intramuros en véhicule de 9 places (déja existant au ccas) et à l’instauration de sens uniques ou giratoires en permettant notamment la circulation pour desservir tout point du village.

 

2,4 millions d'€ avec 700 m de voie routière, alors avec un simple pont droit préfabriqué et 350 m de voie ==> moins de 2 000k€

Je fais rarement des critiques sans propositions crédibles !

Ayant été sans doute mal compris, à l’issue de mon intervention au conseil municipal de décembre, voici des preuves de mes assertions trouvées sur internet !Choqué

 

<< Le pont Saint Charles (à Chignin): suite à la dégradation de ce pont, SNCF Réseau, le Département de La Savoie, et Chambéry Métropole ont décidé d'entreprendre d'importants travaux notamment le remplacement du tablier métallique et d'augmenter la sécurité sous ce pont, à savoir l'élargissement de l'ouvrage en déplaçant la culée située côté Saint André le Gaz afin d'augmenter la voirie routière actuellement de 8 m qui sera de 10,50 m. Le projet comprend deux voies de circulation de 3,50 m chacune, un trottoir de 1,50 m côté Saint André le Gaz, et une piste cyclable de 2 m côté Chambéry. Le pont rail lui est composé d'un tablier à pose de voie ballastée, deux accotements lourds en béton armé de la culée existante (Chambéry), d'une nouvelle culée sens Saint André le Gaz. Un renouvellement de la voie sur 700 m a été réalisé. Ces travaux d'un montant de 2,4 M€ ont été pris en charge à 42% par SNCF Réseau, Chambéry Métropole 29%, et le département de La Savoie 29%.>>

Le coût de ce type de pont-rails est lié au besoin de ne pas interrompre la circulation ferroviaire trop longtemps. A Chaponost, la ligne a été interrompue en 2015 pour travaux pendant 9 semaines ! En cas d’urgence de rétablissement de la voie ferrée, le coût passe du simple au triple, de quoi faire une navette si nécessaire entre Chaponost et Brignais comme ce fut le cas. Dommage qu’on n’ait pas su profiter de l’occasion pour coordonner les travaux !

Terrassement : il faut faire une tranchée perpendiculaire à la voie d’une bonne quinzaine de mètres de large et prendre le temps de monter 2 ou3 murs de soutènement en béton selon la largeur pour supporter un tablier pour 2 voies potentielles. La plus grosse difficulté technique consiste à canaliser le Merdanson en envisageant le niveau d’eau en cas de crue centennale pouvant conduire à faire un radier étanche sur une longueur supérieure à la largeur de la voie d’environ 9m ! L’épaisseur du tablier (acier ou béton) doit être minimale pour laisser une hauteur maximale pour le passage des poids lourds, surtout si on supprime totalement le passage-à-niveau.

Il n’y a besoin de racheter que quelques centaines de m2, au droit de la menuiserie (trait noir) et au-dessous du chemin des Troques jusqu’à la voie ferrée (carré au bout de la menuiserie renégociable après travaux), sur 2 terrains (dont l'un préemté) à un prix standard (appliqué partout) de 40€, si les propriétaires ne consentent pas la cession à l’euro symbolique pour utilité publique, en échange du déplacement de clôture et de l’alimentation en eau du bétail perturbée par le projet. L’impact écologique serait très limité et la pollution visuelle faible puisqu’au droit du rond-point de Bernicot, la voie est surélevée de plus de 3m, n’exigeant qu’un léger terrassement conditionné par la hauteur minimale souhaitée pour le passage des plus hauts poids lourds qui pourraient parallèlement délester l’avenue Devienne. Cour

 

On peut profiter de l’émotion causée par l’accident survenu au passage à niveau de Millas pour déclencher une opération de remplacement avec la RFF/SNCF comme maîtresse d’œuvre du projet, comme cela a été fait pour Oullins !

Même si le danger est limité à cause de la proximité de la gare et grâce à une visibilité correcte pour le chauffeur roulant à une vitesse faible, il peut toujours y avoir un impatient ayant une urgence qui pourrait le franchir barrière baissée, et ce malgré les signaux d’interdiction, en empruntant la voie de gauche en amont des terre-pleins centraux ! Les 3 à 4 mn d’attente quand le train vient de Brignais sont trop longues aux heures de pointe puisqu’elles provoquent des queues remontant régulièrement jusque sur le CD42 provoquant des risques d’accidents pour ceux qui l’empruntent, et même jusqu’au boulevard Reydellet le matin !

Cet exemple datant de 2016 comprenant la reprise totale du pont avec son élargissement et 700m de voirie laisse penser qu’un budget d’à peine 2 millions d’€ est raisonnable, voire beaucoup moins si on peut couper le voie pendant les travaux et installer un cadre monobloc standard (cf.photo ci-dessous) Le trait noir représente seulement 350m de voie nouvelle à rapporter à 1km de voie en site propre pour le SYTRAL (à la descente) le long de la route de la gare où il faut taper dans la colline dans rien résoudre !

 

Possibilité de pont à poutres latérales précontraintes pour limiter la hauteur du tablier sous les voies

A voir sa répartition entre ;

RFF/SNCF plus enclin à payer des infrastructures que des indemnités d’accident,

le département qui pourrait espérer reprendre le contournement sud  dont le coût aurait diminué d’au moins 4 millions avec le projet de pont par-dessus  voie ferrée son terrassement et le rallongement du tracé lié aux besoins de pente maximale pour son franchissement,

la CCVG ayant récupéré la compétence voirie ;  elle pourrait être intéressée par la création simultanée d’une gare à Rochilly (au bout de la rue du Douanier Rousseau) pour desservir Sacuny et le centre aquatique, mais c’est un autre budget SNCF)!

le Sytral qui n’aurait plus  d’intérêt à une voie en site propre d’environ 1Km ne servant qu’à une quarantaine de bus/jour et la CCVL dont les habitants participent à 50% aux embouteillages actuels, en anticipant une fusion probable d’au moins ces 2 communautés de commune dans un futur proche!

Pourquoi pas la métropole dont le projet d’anneau des sciences et d’un nœud intermodal à côté ou à la place d’ADG est dans l’air du temps. Elle aurait tout intérêt à anticiper un aménagement du territoire cohérent avec les objectifs de ce grand projet.

Un projet d’infrastructure sur le long terme peut aussi se financer par l’emprunt ou justifier une augmentation d’impôts bien employés.  

En partant d’une base d’astreinte de 1000€/ jour liée à la surconsommation de carburant, à l’usure des véhicules, au temps perdu par les automobilistes au tarif du smic, aux méfaits de la pollution liés à l’absence de fluidité du trafic, c’est environ 300000 €/an qui sortent bêtement du portefeuille des usagers qu’on peut estimer à 150000 pour les seuls chaponois.

Il n’y a pas de service aux habitants plus urgent que cette alternative au passage-à-niveau qui s’inscrit dans le sens de l’histoire. 2000 usagers journaliers directement impactés en moyenne représente 25% des habitants, ni la médiathèque avec ses 2500 visiteurs annuels, ni même une nouvelle MJC ultra fréquentée ne sont en mesure de rivaliser avec cette opération dans leur propre intérêt ! Un tel ouvrage doit d’ailleurs anticiper une circulation potentielle sur 2 fois 2 voies pour le raccordement du village au contournement au moins depuis le chemin des Troques (comme le CD42) pour ne pas faire comme l’exemple de Chignin en interrompant à nouveau la circulation des trains pour élargir l’ouvrage de 10 à 17m (2x3,5m en attente). Ces 2 équipements purement municipaux pourraient avoir une durée de vie largement inférieure au pont-rail !

Quand on a mis 4 millions et des brouettes plus la voirie et l’aménagement environnant pour une médiathèque qui ne touche que 2000 visiteurs PAR AN et qu’on s’apprête à mettre l’équivalent pour une MJC, qui comme elle, existait avant le nouveau bâtiment, j’estime que la gestion des priorités est à revoir. Je le dis d’autant plus qu’étant retraité, je ne suis pas directement concerné par l’éventuel gain de temps sur les trajets ! Mais je ne crois pas qu’aucun Chaponois reproche à une municipalité d’accorder la priorité à un tel projet consistant au départ à motiver RFF pour le planifier à court terme et à limiter le financement communal en faisant état de cet exemple très similaire ! 

Après une telle réalisation avec des sens uniques sur la route des Collonges en direction de Brignais et retour par le chemin des Cartières, le 12 pourrait logiquement desservir le centre aquatique et la nouvelle gare de Rochilly, le 11 passant par le nouveau tracé pourrait récupérer l'arrêt de Bernicot en le reliant à la gare d'Oullins.

On peut espérer que le département (ou la région si elle a récupéré les compétences voirie) participent au surcout du passage à 2x2 voies sous le pont et supplée la CCVL pour ses 50% d'usagers.

La région pourrait subventionner le surcout du doublement de voie ferrée anticipé, RFF et la SNCF prenant en charge le pont minimal, et les nouvelles voies d'accès !

Le SYTRAL pourrait mettre la main à la poche pour éviter un trajet en site propre devenu inutile et qui ne résout rien à l'arrivée au rond-point du Caillou toujours encombré quand les barrières sont baissées !

La métropole pourrait aussi participer pour une augmentation potentielle de trafic du tram-train Brignais/Gorge de Loup/St Paul

Le coût pourrait augmenter si on veut absolument une hauteur de passage maximale imposant un aménagement du lit du Merdanson et une éventuelle surélévation des rails. On peut se contenter d'une hauteur limitée par le niveau actuel des rails et d'un tablier mince en haut et  celui du Merdanson en point bas limitant les travaux !

RFF et la SNCF ont bien condamné le passage-à-niveau d'Oullins pour beaucoup plus cher !

 

En l’absence du contournement En colère (à relancer une fois l’alternative au passage-à-niveau résolue pour un coût largement moindre), le flux des véhicules de transit doit malheureusement être canalisé par l’avenue Foch et la place Clémenceau, même si on peut inciter les automobilistes à suivre le trajet du 12 au moins pour aller sur Brignais !

Le centre du village souffre de l’erreur manifeste de la municipalité précédente !Ha ha

Il aurait fallu prolonger la rue Joseph Jomand en direction de la rue L.Martel pour déboucher sur un rond-point intégrant la rue Marius Paire afin de détourner le trafic de transit du centre-bourg.Aime bien

La rue des Justes et le bout de la rue Jules Chausse ont changé de sens au détriment de la fluidité au carrefour de la place vers l’église et ont augmenté les risques d’accidents dans le sens de la descente par manque de visibilité et excès de vitesse malgré le plateau ralentisseur en amont.Triste

La priorité donnée à une rue secondaire a plombé le taux de pollution du carrefour et l’obligation de passer par la rue Chapard  suite à l’interdiction de tourner à gauche n’arrange rien !N'aime pas

Le manque de visibilité oblige les voitures à s’arrêter à cause de la vitesse potentielle des véhicules venant de la rue Chausse Malade. Compte-tenu du débit aux heures de pointe, la queue (comme à la gare) permet aux voitures de déverser leur oxyde de carbone plus longtemps et en plus grande quantité suite aux accélérations nécessaires pour reprendre de la vitesse Ha ha! L’exemple de la suppression des voies sur berges à Paris pour faire des pistes cyclables montre que les embouteillages augmentent logiquement dans les voies alternatives et la pollution aussi !Sauvage

La CCVG n’aurait pas proposé de solution autre qu’installer un feu à ce carrefour contre l’avis du maire !En colère

J’en soumets donc une autre ci-dessous :

Pour laisser le trafic principal sur l’avenue Joffre et la place Foch et éviter les risques d’accidents, il faut utiliser le principe du giratoire et reporter au mieux les croisements de flux aux ronds-points de la mairie et du lavoir.{#smileys123.tonqueout}

Ceci implique d’inverser le sens du tronçon de la rue Chausse (pour éviter une priorité accidentogène)  et de la rue des Justes pour revenir dans son sens initial impliquant au trafic local issu du début de la rue Chausse de passer par le rond-point du lavoir pour rejoindre la rue René Chapard sans recroiser le flux montant Sourire, et aux clients de carrefour par celui de la mairie pour le croiser de manière visible dans l’avenue JoffreOh là là !, l’entrée (et la sortie dans les 2 sens) du parking de l’église pouvant rester possible par le haut et le bas.

L’accès aux commerces du bout de la rue Chausse (Boulangerie, Kébab…) se ferait par la place incitant les automobilistes à se garer devant la médiathèque ou au parking de l’église.

Reste à restaurer En colèreun bout de double sens en haut de la rue des justes pour accès aux parkings de carrefour contact et à l’arrière de la maison des associations en autorisant les véhicules venant de la rue louis Martel à utiliser la piste cyclable sur cette portion moyennant un léger aménagement.

Le sens des parkings en talon redevient plus logique évitant des marches-arrières dangereuses.Cour

Au final, seuls les clients de Carrefour contact auront intérêt à passer par le rond-point de la mairie pour revenir sur le boulevard Reydellet !

 Pour ralentir le trafic, (en rappelant que le tronçon vers le parking de la place est une zone 30).

2 solutions sont envisageables :

 

1 - un radar déclencheur de feu rouge lié à l’excès de vitesse (>30) provoquant une autorégulation quand les automobilistes habitués auront compris l’obligation d’arrêt liée au dépassement Aime bien

2 – une chicane à terre-plein central (pseudo rond-point) en matérialisant une 2ème voie à la descente pour tourner sur la rue Chapard sans perturber le flot principal descendant.Aime bien

Dans les 2 cas, il existe des nouveaux passages piétons en illusion 3D incitant les non habitués à ralentir surement plus efficaces que les clous actuels peu visibles ! A défaut, celui face au magasin pourrait donner lieu à un nouveau plateau ralentisseur (directement compatible avec le passage des cars {#smileys123.tonqueout}!).Sourire

 

A défaut de l'hérésie de son implantation, dommage de n'avoir pas profité de l'expérience viaire précédente avant la construction des Veloutiers. Elle avait pourtant fait ses preuves !

 

Matérialisation de l'accès rue Chapard depuis lza rue J.Chausse. Après vérification une chicane est possible au carrefour pour aménager une voie pour ceux qui tournent à gauche et obliger les véhicules allant tout droit à ralentir, même s'ils n'ont plus besoin de s'arrêter. Ca évitera une pollution importante et les risques d'accidents. Tous les croisements se font avec visibilité et la rue Chausse est rendue aux Chaponois.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

22.04 | 09:02

mais le contournement de chaponost ( enfin du centre ) est deja acté : l'avenue Devienne , sinon pour quoi vouloir elargir l'emprise à 12 metres à partir du 21

...
30.05 | 19:53

Vive le stationnement en épis !
A bas le stationnement en bataille !
Entièrement d'accord avec vos analyses.

...
26.02 | 20:07

deja si la police faisait leur job a cette endroit de plus les gents roulent beaucoup trop vite sur la portion 20kh

...
30.01 | 15:37

Brignais = calcul financier défavorable au SYTRAL et à son manque de flexibilité ne permettant pas d'influencer ses décisions. Le 11 à Chaponost le prouve !

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE